MOUVEMENT INTER 2020

Les dates prévues :

Ouverture du serveur mardi 19 novembre 15 h de la Réunion – 12h heure de Paris

Fermeture du serveur lundi 9 décembre 15 h de la Réunion – 12h heure de Paris

Pour toutes vos questions :

s3-reunion@snepfsu.net / manolos.ola@orange.fr

06-92-91-23-50

le BO à télécharger                            

Malgré l’opposition unanime des organisations syndicales de la Fonction Publique, le gouvernement a pu faire voter la loi n° 2019-828 dite de « transformation de la Fonction publique ». Promulguée le 6 août 2019, elle fait voler en éclats une série de dispositions statutaires qui organisaient notamment des garanties collectives au travers du paritarisme. C’est donc la remise en cause d’un des fondements de la Fonction Publique qui assurait aux agents le droit d’être défendus dans toutes les opérations de gestion les concernant, par des élu.es, dont le rôle était de faire respecter l’équité de traitement au regard des règles édictées, tout en portant l’intérêt général. 

L’adoption de cette loi a des effets immédiats, ainsi les commissions paritaires ne seront plus compétentes en matière de mouvement dès le 1er janvier 2020. Chaque demandeur de mutation devra, individuellement, décider de contester ou non l’affectation communiquée par l’administration. Les élu.es ne seront plus destinataires, en amont des décisions de l’administration, des projets de barème puis de mutation. Ils pourront toutefois intervenir sur toutes les situations sur lesquelles ils auront été saisis individuellement.

Dans tous les cas, en dépit de la volonté gouvernementale d’instaurer une gestion opaque et arbitraire, vous pourrez compter sur le SNEP-FSU, la force que lui donnent le nombre de ses représentants et leur expertise pour que vos droits soient respectés.

Ne pas rester isolé, s’appuyer sur des élu.es efficaces et combatifs, c’est ce que vous propose le SNEP-FSU pour contrer la politique gouvernementale qui entend vous priver de vos droits.

CONGÉS DE FORMATION PROFESSIONNELLE 2020

Les demandes de congés de formation professionnelle sont à saisir le 13 décembre 2019 au plus tard.

Après la fermeture du serveur, un accusé de réception vous sera transmis via son adresse votre mail académique. Il devra être signé par et transmis par la voie hiérarchique au rectorat DPES, le 7 février 2020 au plus tard ; accompagné des justificatifs nécessaires. (copies de l’arrêté de promotion d’échelon détenu au 31/08/2019 et des lettres adressées en réponse aux demandes formulées précédemment, ayant fait l’objet d’un refus)

L’agent perçoit, dans la limite de douze mois, une indemnité mensuelle forfaitaire égale à 85 % du traitement brut et de l’indemnité de résidence afférents à l’indice détenu au moment de la mise en congé.Cette indemnité n’est ni majorée, ni indexée

Son montant ne peut toutefois excéder le traitement et l’indemnité de résidence afférents à l’indice brut 650 (indice nouveau majoré 543) d’un agent en fonction à PARIS (soit 2 620.85 € barème au 1er février 2017).

circulaire congés de formation professionnelle 2020

annexe-1-notice-technique

annexe-2-bareme

Fiche syndicale à renvoyer au SNEP FSU Réunion

 

ÉDITO JUIN 2019

Cette fin d’année scolaire est l’occasion pour le SNEP FSU Réunion de faire le bilan dans un contexte politique et social chargé.
L’un des temps fort fut évidemment le scrutin des Elections Professionnelles qui aura permis un renforcement du SNEP FSU en terme de représentativité, que ce soit au plan local ou national.
A la Réunion, en remportant 8 sièges sur 9 chez les PEPS, le SNEP FSU réalise un score historique avec 86.2% des suffrages, le meilleur, toutes Elections Professionnelles confondues. Ce résultat est la preuve de l’adhésion d’une large majorité de nos collègues à nos mandats. Il est également à mettre à l’actif de la traditionnelle mais néanmoins extraordinaire mobilisation de nos militants qui n’auront pas compté leurs efforts.
Dans un contexte de destruction de la Fonction Publique et du paritarisme, il nous apparaissait essentiel de conforter l’attachement des enseignants d’EPS à notre conception du paritarisme dont les fondamentaux sont l’équité de traitement, le respect des règles et la transparence.

Plusieurs stages syndicaux auront également été organisés regroupant près de 200 collègues soit plus d’un quart de la profession.
Autre point positif : la syndicalisation : avec 308 adhérents, soit près de 40% de la profession, le SNEP FSU progresse à nouveau cette année.
Si tous ces chiffres sont très positifs, notre activité syndicale doit sans cesse être questionnée pour permettre de faire vivre notre conception d’un syndicalisme de transformation sociale. Les nombreux jours de grèves et de manifestations, le mouvement des gilets jaunes (auquel la FSU Réunion s’est associé à partir de février) n’ont pas été suffisamment suivis pour contrer les projets gouvernementaux.
L’action syndicale aura permis quelques « bougés » sur le plan national notamment dans le premier degré, avec l’abandon du projet de création des Etablissements Publics des Savoirs fondamentaux. Dans le secteur sport, la forte mobilisation syndicale et des acteurs du monde sportif ont contraint le gouvernement à repousser son projet de détachement des cadres techniques.Cependant, le rouleau compresseur gouvernemental n’a aucune raison de ralentir avec une Assemblée Nationale très majoritairement pro-Macron. Par exemple, les formations obligatoires durant les congés et le recrutement par les CE avaient été abandonnés dans le projet de loi Blanquer. Ils reviennent pourtant « par la fenêtre » dans le cadre du projet de loi de réforme de la Fonction Publique.

C’est pourquoi il est fondamental de repenser notre mode de fonctionnement syndical qui, sans être obsolète, n’apparait plus suffisant face à un pouvoir et une communication « habile » visant à masquer les véritables enjeux de toutes ces réformes : transformer les services publics en un secteur marchand dont la conséquence sera la généralisation des inégalités territoriales et sociales.

Quelles que soient les formes que prendront nos actions syndicales, rien ne pourra se faire sans militants à tous les échelons, de vos établissements jusqu’au bureau académique. L’exemple des collègues du collège Hyppolite Foucque en lutte depuis près de 2 ans face à une  gouvernance autoritaire est actuellement un exemple de la nécessité d’un contre pouvoir syndical pour éviter ce type de dérives. Nous reviendrons vers vous à la rentrée pour vous inviter à participer au congrès départemental de la FSU de fin novembre.

En attendant, nous vous souhaitons de très bonnes vacances (bien méritées) et vous remercions pour votre fidélité au SNEP FSU.

Benoit Caquelard co-secrétaire académique